vendredi 12 juin 2015

Petit dépoussiérage en règle.

Petit dépoussiérage en règle du blog. 

Un peu de temps à passé depuis mon dernier blabla, il était question d'une websérie et plein de choses. Autant vous le dire si vous ne savez pas déjà/ si ça vous intéresse / si vous n'aviez pas compris / même si vous vous en foutez (rayez la mention inutile), j'ai repris du service en tant qu'enseignante. 

Mais pourquoi? 

Le télétravail est-il fait pour tout le monde? 


C'est vrai, le projet me passionnait, et je ne renie pas cette expérience qui a été très bénéfique sur plusieurs point pour moi. Si j'ai arrêté, c'est pour plusieurs raisons. La première était qu'en fait travailler en Home-Offic, ce n'est pas pour moi, j'avais l'impression d'être une plante verte enfermée dans un placard privée de lumière et d'eau. Cette modalité de travail convient à beaucoup de personnes*, mais de toutes évidences, pas à moi. J'ai un besoin trop urgent de rencontrer des personnes et de pouvoir dialoguer IRL avec elles. Un dialogue contextualisé dans un ici et maintenant est souvent tellement riche de petites informations, tellement plus aisé et surtout tellement plus ouvert sur les possibles : "ça te dit d'aller boire un café?**" / "On mage un bout ensemble?" / "On va s'amuser à jeter des bébés chatons contre les murs pour ensuite le diffuser sur le net et nous faire gauler?" Et que dire de ses possibles lorsque nous sommes célibataires et ouverts à une proposition plus charnelle... 

C'est vrai qu'il y a beaucoup de personnes que je ne "vois" que sur la toile mais avec qui je dialogue énormément, qui sont même devenus des amis à la longue ***, mais si j'ai la possibilité un jour de les rencontrer, je n'hésiterais pas une seule seconde. D'ailleurs, certains savent très bien que si un jour ils descendent dans mon trou pommé, ils seront les bienvenus chez moi. 

Certes, en télétravail on s'organise en partie comme on le souhaite et cela peut aider dans la gestion de la vie d'une maison. On a le temps de trajet en moins, on fait des économies d'essence et on se trouve dans un lieu qu'on a de fortes chances d'apprécier, c'est à dire son Home Sweet Home. 

Sauf que ... 

En ce qui concerne les trajets et les économies, on avait dépassé toutes les limites puisque "on" ne pouvait pas me payer et après 7 mois à vivre aux frais de Chéri d'Amour, il m'a bien fallu arrêter d'espérer et recommencer à travailler. Les promesses, l'envie et la ferme conviction que ça va marcher ne va pas remplir la gamelle. 

Je vous entends déjà dire que j'ai été une sacré bonne poire très docile collaboratrice pour tenir jusque là, mais il y avait vraiment du potentiel. Mais je me dis que si je ne reviens sur le sujet que maintenant ce n'est pas qu'à cause du fait que j'ai eu beaucoup de travail avec mes classes et un déménagement un peu chaotique. Peut-être me fallait-il le temps de digérer. 

De plus, une chose essentielle me manquait terriblement, mes élèves. 

Le plus génial des métiers. 

Quand on est prof, on aime bien se plaindre, râler du niveau des élèves, du manque de considération, des programmes, des collègues qui vous laissent une classe pas en ordre (enfin, ça c'est surtout moi...) et des copies trop nombreuses à corriger - cette liste n'est pas exhaustive.

Ceci-dit, il faut tout de même avouer que c'est un travail vraiment génial. J'ai déjà pour ma part été mise à contribution par mon artisan de Chéri d'Amour et sais que ce n'est pas facile-facile de bosser sur un chantier quand il est fait chaud, que le matériel est lourd et qu'en plus il n'y a pas d’ascenseur dans l'immeuble dans lequel on travaille ****. On ne se fatigue pas trop physiquement, même quand on est comme moi du genre à prendre notre maison avec nous, il y a toujours un élève - et interdiction de parler de fayotage - qui propose son aide. Et si ce n'est pas le cas, on sort sa carte de membre de Tyran Réunis et Agréés par le Consortium Suprême de l'Enseignement et on fait travailler les biceps des Loulous. 

La seule fatigue réelle, elle est intellectuelle (faut pas pousser mémé non plus!) psychologique, et encore, les élèves nous font tellement rire parfois, que ça aide à supporter le stress. 

Moi _ "Devinette: En 79, une éruption, un civilisation entière conservée..."
N _ "P..PPPPP .... Pom ....Pom PIDOU MADAME!" 

Et parfois on rit jaune 

"Ils croivent que...."
Mais souvent on a le sourire et on est fier quand ils viennent nous avouer qu'ils se sont mis à lire, même si ce n'est qu'Arthur et les Minimoys parce qu'on leur apprend à ne pas avoir honte de leur culture et qu'il ne faut pas être pédant et hautain envers le Savoir, qu'ils ont tous des compétences. 

D'autres fois, on a les larmes aux yeux quand ils viennent nous remercier parce qu'ils ont obtenu 19.5 à leur concours et qu'ils pensent - ils sont naïfs - que c'est grâce à nous*****. 

Et mieux que tout encore, ils nous apprennent des choses, nous poussent à innover, nous renouveler dans nos savoirs et nos pratiques pédagogiques. En un mot, ils nous poussent à ne pas nous encroûter dans notre science et nos habitudes, nous obligent à avancer. 

C'est pour cela que je ne remercierais jamais assez tous mes élèves, ceux que j'ai eu et ceux que j'aurais pour tous ce qu'ils m'apportent. 

Je suis loin d'être une prof parfaite, mais je m'améliore, et si je travaille c'est parce qu'il y a une vérité qu'il ne faut jamais oublier : 

Sans élèves, il n'y a pas de prof. 
Et je suis heureuse d'être prof.




** Boire un café et pas d'alcool, son abus est dangereux surtout si on prend la route [Ceci est l'instant MéliePrévention]

*** Poke Petit Renard +Lunare Volpe 

**** Notez cependant qu'aller aider mon compagnon sur ce genre de chantier a le non-négligeable avantage de raffermir le corps et surtout le fessier. 

***** D'ailleurs l'histoire de cette personne qui a obtenu une si bonne note est admirable et force au respect. Si elle m'en donne l'autorisation, je vous la raconterais. 
Enregistrer un commentaire